vendredi, 19 juillet, 2024
Dédicace de livre : ‘’Canputschfoot’’ : Quand Alafé Wakili mêle football et coup d’Etat

Après trois précédents ouvrages à savoir ‘’Instants de vie’’, ‘’Notre histoire avec Laurent Gbagbo’’ et ‘’Championne L’enjailleuse’’, le journaliste professionnel, fondateur et directeur du groupe de presse L’Intelligent d’Abidjan, Alafé Wakili a dédicacé le samedi 18 mai 2024 au Parc des expositions d’Abidjan a l’occasion du SILA 14, sa toute dernière œuvre dénommée ‘’Canputschfoot, du coup d’Eclat au coup d’Etat’’. Un livre-fiction qui ouvre le débat sur un pays qui abrite la CAN dans lequel intervient un coup d’Etat.

 

Le stand de Sim Editions dans lequel il avait donné rendez-vous à ses lecteurs grouillait de monde samedi, dernier jour du Salon international du livre d’Abidjan (SILA). Entre dédicaces de son quatrième ouvrage et selfies, Alafé Wakili trouve du temps à consacrer à la presse pour présenter son nouveau roman. Sourire en coin, le DG de L’Intelligent habitué aux rendez-vous du SILA à chacune de ses dernières éditions, fait d’entrée une précision avant de dévoiler le contenu de son ouvrage édité seulement au 2ème trimestre 2024. «‘’Canputschfoot, du coup d’Eclat au coup d’Etat’’ n’est pas une œuvre relative à la Côte d’Ivoire. Notre CAN en Côte d’Ivoire s’est bien déroulée, il n’y a pas eu de coup d’État. Donc, cela n’a rien à voir avec la Côte d’Ivoire », souligne-t-il insistant que le roman est un récit imaginaire. « Cette œuvre est un roman, une fiction, un récit imaginaire dans un pays imaginaire appelé ‘’La Miroirie’’ dans lequel pendant une compétition importante comme la Coupe d’Afrique des nations, un coup d’Etat intervient. A partir donc de cette histoire ou cette intrigue, il y a des personnages qui s’expriment, donnent leurs points de vue et on se demande ce qu’il faut faire en pareille situation », situe-t-il.

 

Préfacée par le professeur agrégé de lettres Christian Gambotti, cette œuvre de 199 pages, a en croire son auteur démontre l’importance du sport notamment du football et interroge sur la position des instances de ce sport roi en Afrique sur le cas où un pays dans lequel une compétition programmée subit un coup d’Etat. « A travers cette œuvre, j’ai voulu montrer l’importance du sport, du football en particulier et j’ai aussi voulu interroger sur le rôle du football en me demandant s’il est vraiment neutre. Plus concrètement, je me demande si lorsqu’une CAN est programmée est dans un pays et qu’un coup d’Etat intervient, qu’est-ce qu’il faut faire ? Si par exemple, à la suite de ce coup d’Etat, un nouveau dirigeant arrive au sommet de l’Etat, est-ce que la compétition doit se poursuivre où le cas échéant annuler la compétition pour la délocaliser dans un pays voisin ? », s’interroge-t-il.

 

Pour lui, même si cela n’est jamais arrivé qu’un pays abritant une telle compétition n’ait jusque-là pas encore subi de coup d’Etat, il est tout de même judicieux d’avoir le courage de mener la réflexion sur la question. « Certes, cela n’est jamais arrivé mais le rôle de la fiction est de réfléchir et d’imaginer des choses qui pourraient arriver un jour », justifie-t-il. Convaincu que la littérature n’a pas pour seule fonction le divertissement, le journaliste-écrivain a plus misé sur sa fonction d’instruction et d’éducation pour questionner et d’apporter des pistes de réflexion a une problématique majeure. « Mon rôle est d’anticiper à la réflexion, à l’anticipation au cas où ce genre de situation arrive », défend-t-il. Subdivisé en 12 chapitres, l’ouvrage est postfacé par le journaliste-écrivain Boris Anselme Takoué.

Tags:

Related Article

No Related Article

0 Comments

Leave a Comment