30 C
Abidjan
jeudi, mai 19, 2022
spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Hyacinthe Hounsou pose la problématique des enfants travaillant dans les mines dans son film ‘’Djagassa’’

Hyacinthe Hounsou, le réalisateur des films à succès ‘’Jusqu’au bout’’ et ‘’Aphasie’’ a dévoilé à la presse samedi 21 août 2021 à la salle Farafina de l’hôtel Palm Club de Cocody sa toute dernière signature cinématographique, ‘’Djagassa’’. Un film de 120 minutes dans lequel le réalisateur aborde le fléau des enfants travaillant dans les mines aurifères mais qui traite également de l’orpaillage clandestin, le travail forcé, les violences sexuelles, le trafic organes humains, la corruption, la contrebande, les conflits communautaires, la dégradation de l’environnement. Avec dans les rôles principaux des acteurs connus dont Aurélie Eliam, Bienvenue Neba, Stéphane Zabavi, Dosso Tiékumba, Bohiri Michel, Yohann Bado, Jimy Koy.

En prélude à l’avant-première de ‘’Djagassa’’ qui se fera le mercredi 25 août 2021 à la salle François Lougah du Palais de la Culture de Treichville, Hyacinthe Hounsou a expliqué à la presse les motivations de la sortie de ce film qui à l’en croire va contribuer à la lutte contre l’orpaillage clandestin et à la lutte contre la maltraitance des mineurs tout en mettant toutes ces pratiques contraires aux droits humains qui sévissent de plus en plus dans le milieu de l’orpaillage clandestin. « J’ai toujours travaillé sur des thématiques engagées », a-t-il situé d’emblée non sans relever que « le fléau existe et prend de plus en plus d’ampleur ». Car pour lui, « il n’y a pas que les enfants dans les champs de cacao mais aussi dans les mines ».

Dans ce long métrage tourné du 07 octobre au 06 décembre 2020 dans la région de la Mé et à Abidjan dans laquelle il embraque plusieurs grands noms du cinéma ivoirien dont Aurélie Eliam, Bienvenue Neba, Stéphane Zabavi, Dosso Tiékumba, Bohiri Michel, Yohann Bado, Jimy Koy, le réalisateur raconte la mésaventure d’un adolescent de 15 ans, Yohann Bado (acteur principal et révélé par le film ‘’Invisibles’’), dans une mine dangereuse à la recherche d’un témoin capital pour disculper sa mère. Un témoin bien caché dans sa tanière et protégé par des adolescents soldats, armés jusqu’aux dents. « A travers ce film, je veux donner mon point de vue sincère et original sur un sujet qui est un vrai problème humanitaire dans le monde et en Afrique en particulier. Uniquement en Côte d’Ivoire, dans sa politique de répression de l’orpaillage illicite, ce sont plus de 222 sites déguerpis en 2019 par la Brigade de Répression des Infractions au Code minier et a permis l’interpellation de 139 personnes, la saisie de divers
matériels et produits toxiques. 57 condamnations à la prison ferme ont été prononcées par les tribunaux dont 3 condamnations à 10 ans, 53 condamnations à 24 mois ferme et une condamnation à 12 mois », justifie Hyacinthe Hounsou.

 

 

Articles Liés

Restez connectés

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
16SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Publicité

- Publicité -spot_img

Derniers articles