27 C
Abidjan
vendredi, mai 20, 2022
spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Tiassalé, Divo, Gagnoa, Soubré, San-Pédro, Grand-Béréby : Le nouveau fleuron du tourisme ivoirien

Les villes de Tiassalé, Divo, Gagnoa, Soubré, San-Pédro et Grand-Béréby ont accueilli du mercredi 15 au lundi 20 septembre 2021 la caravane touristique dénommée ‘’voyage au cœur du cacao’’. Un long voyage qui aura permis aux caravaniers de visiter tous les atouts et merveilles touristiques de cette nouvelle boucle du cacao qui part du pays Baoulé jusqu’au pays Kroumen en traversant le pays Bethé et Dida. Lesquelles merveilles font le lit du tourisme de découverte, de recherche, de mémoire, l’agro-tourisme, l’éco-tourisme, le tourisme balnéaire…

Sur la route du cacao, notre excursion s’arrête ce jour ensoleillé du mercredi 15 septembre 2021 à Ahouakro, village Baoulé situé dans l’angle du V Baoulé, à 90 Km d’Abidjan et à 145 Km de Yamoussoukro. Dans ce village situé au Nord de la sous-préfecture de Tiassalé, on y retrouve un site archéologique particulier. Ce site qui figure sur la liste indicative du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2006 offre un cadre exceptionnel de découverte.

Avec une végétation dominée par la savane arborée jonchée de rôniers, le touriste est tout de suite frappé par un massif fait de mégalithes magmatiques (méthanoïque) essentiellement composées d’oligoclase, de quartz, de hornblende et de biotites vertes. Ces roches comme si elles avaient été plantées par des populations qui avaient vécu sur ce site il y a des milliers d’années, subliment. Quelques fois entreposées les unes sur les autres, tantôt semblables à des sarcophages qui pourraient contenir des momies, tantôt disposés en forme circulaire avec des traits parallèles sur des rochers, le parc archéologique d’Ahouakro suscite à la fois sublimation mais surtout emmène à chercher à savoir sur ceux ayant vécu là des milliers d’années avant nous. Des lianes aux allures de balançoires naturelles avec des emplacements de roches orientées sur la Mecque suscitent également admiration et interrogations.

Cadre reposant de par sa grande réserve paradisiaque, le site d’Ahouakro est idéal pour les randonneurs et autres touristes voulant faire des études archéologiques. Unique en son genre, le parc archéologique d’Ahouakro, à en croire Raymond Koffi Ekoum, guide touristique, a besoin d’être valorisée et promue. Après cette découverte, le cap est mis sur Kanga Nianzé. Dans ce village plein d’histoires, le touriste découvre un pan de l’esclavage et de la traite négrière. Une visite de la stèle érigée en mémoire de tous ces esclaves déportés à côté du marigot qui a servi au rituel de l’oubli dévoile ce pan du tourisme de mémoire. Cette étape terminée, le cap est mis sur de Tiassalé où on découvre à l’entrée de la ville l’un des premiers ponts de la Côte d’Ivoire érigé sur le Bandaman.

A Divo, toujours le mercredi 15 septembre, notre caravane marque un arrêt au ‘’Jardin des palmiers’’, un centre artisanal porté par une coopérative dans lequel sont faits le pagne tissé Dida avec les palmes de raphia. Ce centre forme également aux métiers de la couture de la couture, de l’art, de la cordonnerie avec en ligne de mire la valorisation du patrimoine culturel Dida. Le premier jour de notre caravane s’arrêtera à Gagnoa à 23 heures passées.

Immersion dans la boucle du cacao

Désormais en plein cœur de la nouvelle boucle du cacao, c’est le centre de l’Anader sis à quelques encablures de la ville qui nous accueille. En compagnie des agents de l’Anader, nous visitons des champs de cacao et tous les processus de la cueillette en passant par le stockage des fèves de cacao. La cueillette, la collecte, le cabossage, la fermentation, le séchage, l’ensachage et le stockage sont expliqués pour en savoir davantage sur tout le processus. Des bonnes techniques pour avoir de bons champs de cacao en passant par la politique mise en place par le gouvernement pour une meilleure productivité nationale, tout cela est expliqué.

Toute chose qui selon le technicien du centre auront positionné les régions de Gagnoa et Soubré comme les nouvelles boucle du cacao. La visite de l’aulacodiculture (élevage de l’agouti) du centre dévoile les potentialités de la région en plus de l’agro-touriste qui y est fortement présente et constitue un réel atout et attrait. Pour mieux vendre les potentialités touristiques de la région du Gôh, un village touristique a été installé à la place Laurent Gbagbo de Gagnoa. Lequel village a vu des animations musicales, des concours culinaires, des expositions-ventes, et diverses autres activités gastronomiques.

Dans notre progression vers Soubré, nous visiterons des champs de cacao et d’hévéa avant de faire une escale dans le village de Yacolidabouo, village de l’ex-ministre de la Culture Bernard Zadi Zaourour. Ce vendredi 17 septembre, nous sommes accueillis par la chefferie et toute sa notabilité. Avant de fouler l’entrée du village, un rituel s’impose. Une purification est faite au chef de la délégation avec un coq blanc et des incantations difficiles à déchiffrer. Le rituel terminé, ce sont des danses au son du Dôdô (instrument traditionnel de musique en forme d’arc promu par Bernard Zadi Zaourour). Ce village qui se distingue par la grande propriété de ses rues et son plan architectural particulier apprend davantage sur l’hospitalité en pays Béthé.

Le tourisme balnéaire, véritable atout de la région

La ville de Soubré où nous sommes accueillis par le président du Conseil régional de la Nawa, le ministre Alain Donwahi, offre plusieurs attraits touristiques en plus d’être une terre de cacao. Si le président du Conseil régional reconnait que sa région regorge d’énormes potentialités touristiques dont la plupart encore inexploitées faute du manque d’infrastructures routières, il est toutefois convaincu que Soubré peut contribuer fortement à l’éclosion du tourisme en Côte d’Ivoire.

Convaincu que l’accent doit être d’abord mis sur le développement du tourisme interne en incitant les ivoiriens à visiter leurs régions et villes, Alain Donwahi a indiqué que plusieurs chantiers sont en train d’être réalisés de concert avec le ministère du Tourisme et des Loisirs pour mieux vendre la destination Nawa où on retrouve à la fois l’éco-tourisme, l’agro-tourisme, le tourisme balnéaire et le tourisme culturel. Les chutes de la Nawa à plus de 02 Km de la ville et le barrage hydro-électrique sont autant d’attraits qu’offre la ville de Soubré. La région San-Pédro qui est une destination touristique bien connue, on retrouve à Grand-Béréby, des singes avec la barbe blanche sur le fleuve Nero et des tortues de mer dans le village de Roc Dougbalé. Ces villages ont l’avantage d’avoir de belles plages.  

Bilan satisfaisant pour Siandou Fofana

Au terme de ce voyage au cœur du cacao, le ministre du Tourisme et des Loisirs, Siandou Fofana, qui a clôturé ce circuit s’est dit satisfait. Il s’est par ailleurs réjoui de la réhabilitation de la côtière qui va davantage développer la région et favoriser le tourisme. « C’est un succès et il faut implémenter ce circuit pour en faire un produit de référence touristique qui peut aider à la commercialisation dans le cadre du changement du paradigme et que nous amorcions le développement touristique. La côtière va être réhabilitée et toute cette belle côte a besoin d’être valorisée pour que les atouts touristiques soient exploitées pour permettre à toute la chaine de valeur et tous les intervenants de l’écosystème touristique de bénéficier de cet univers économique », s’est-il réjoui en marge de la cérémonie de clôture de ce circuit sur la place Saint-Pierre de San-Pédro.

Pour lui, cette quinzaine touristique ivoirienne initiée en marge de la 41ème Journée mondiale du tourisme (JMT) est une parfaite réussite et augure de lendemains meilleurs pour le tourisme interne. « Nous sommes vraiment satisfaits de ce qu’il y a comme retours. J’ai été à bien d’endroits et c’est un véritable engouement à la veille de la Journée mondiale du tourisme où la Côte d’Ivoire est désignée comme pays hôte et c’est une belle occasion avant ladite journée d’avoir mis tout le pays en effervescence et en osmose avec la vision du président de la République qui est ‘’Sublime Côte d’Ivoire’’ », a-t-il relevé arguant que cette quinzaine ivoirienne sera désormais une institution.

« La quinzaine est une activité pérenne qui va se tenir désormais tous les ans. Cela pour aller à la découverte du pays profond de sorte à ce que les villes secondaires participent dans un élan de solidarité à l’essor du territoire avec la création d’emplois, la création de valeurs et de richesses au profit des populations en faisant de nos régions de véritables pôles économiques très attractifs. Le tourisme occupe une place de choix dans le programme de ‘’Côte d’Ivoire solidaire’’ prônée par le président de la République », a témoigné le ministre du Tourisme et des Loisirs.  

Lancée le 07 septembre 2021, la quinzaine touristique ivoirienne connaitra son apothéose ce mercredi 22 septembre. Avec pour objectifs de faire connaitre et reconnaitre la richesse et la diversité de l’offre culturelle et touristique existante sur l’ensemble du territoire et à en révéler les trésors cachés en organisant une véritable immersion au cœur de la « Sublime Côte d’Ivoire », cette première édition de la quinzaine touristique a sillonné plusieurs villes et régions du pays. En attendant la tenue en terre ivoirienne ce lundi 27 septembre 2021 de la 41ème Journée mondiale du tourisme.

Articles Liés

Restez connectés

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
16SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Publicité

- Publicité -spot_img

Derniers articles