mardi, 18 juin, 2024
Sa carrière, ses combats, ‘’3ème mandat’’, exil de Guillaume Soro…. : Tiken Jah dit tout !

Dans une interview exclusive qu’il a accordée au site Actupeople.net, Tiken Jah Fakoly a dit sa frustration de n’avoir jamais reçu de décoration dans son pays bien qu’il soit l’artiste ivoirien qui totalise le plus de disques d’or. Le reggaemaker a aussi dit sa part de vérité dans l’affaire ‘’3ème mandat’’, l’exil de Guillaume Soro non sans saluer la politique du président Alassane Ouattara qui selon lui a permis de « transformer la Côte d’Ivoire ».

 

Sans détours et langue de bois, Tiken Jah Fakoly a répondu aux questions de Guillaume Vergès pour son site Actupeople.net. Le chanteur engagé qu’il est a fustigé les comportements de certains hommes politiques qui selon lui enveniment la situation socio-politique de la Côte d’Ivoire.

 

Sa plus grande frustration

Tiken Jah a du mal à comprendre pourquoi depuis tous ses engagements, il n’a jamais reçu la reconnaissance de l’Etat ivoirien. Pourtant dit-il être taxé d’avoir apporté son soutien au parti au pouvoir lorsqu’il était dans l’opposition. « J’ai été pratiquement le seul artiste qui était à l’écart. J’ai été considéré comme un soutien de ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui quand ils étaient dans l’opposition mais je suis celui qui n’a jamais été décoré », a-t-il déploré.

Pour le chanteur, il mérite cette décoration de la nation d’autant plus que cette reconnaissance lui a été déjà décernée dans plusieurs pays du monde. Mieux, dit-il être l’artiste ivoirien ayant acquis le plus de disques d’or et aussi l’artiste ivoirien qui tourne le plus au monde. « J’ai été décoré au Canada, en Irlande, plusieurs fois en France où j’ai même été fait officier de l’ordre national. Je suis l’artiste ivoirien qui détient le plus grand nombre de disques d’or et aussi l’artiste ivoirien qui tourne le plus dans le monde. Dans mes concerts, il y a toujours des drapeaux de Côte d’Ivoire et donc je représente la nation ivoirienne », a-t-il relevé non sans indiquer qu’il aurait bien voulu porter en Côte d’Ivoire un projet de festival mais persuadé que l’accompagnement pourrait faire défaut, il continue d’analyser l’opportunité d’une telle initiative. « Je suis celui qui rêve de faire un grand festival de reggae en Côte d’Ivoire mais j’ai besoin d’être accompagné », a-t-il souligné.

 

« Alassane Ouattara a transformé la Côte d’Ivoire »

Tiken Jah se veut très admiratif de la politique de développement amorcée par le président Alassane Ouattara depuis son accession au pouvoir en Côte d’Ivoire. Le reggaemaker dit apprécier le travail abattu par le président ivoirien. Et pour lui, il est clair que le président « Alassane Ouattara a transformé la Côte d’Ivoire ». Ainsi, dira-t-il, que ce soient au plan développement, économique et de la stabilité, la Côte d’Ivoire a connu une avancée très considérable qui la fait respecter partout dans le monde entier. « Je pense que je fais partie de ceux qui pensent qu’aujourd’hui, il a un résultat positif. Sur le plan développement, la Côte d’Ivoire est beaucoup avancée aujourd’hui. Sur le plan économique, on est beaucoup avancé également. Sur le plan stabilité, la Côte d’Ivoire est aussi stable », a-t-il reconnu non sans se réjouir d’avoir lutté pour que la candidature d’Alassane Ouattara soit acceptée en Côte d’Ivoire. « Je pense que je fais partie de ceux qui ont lutté pour la justice pour qu’il soit candidat », s’est-il réjoui.

Toutefois, le chanteur reconnait que beaucoup reste à faire notamment au plan de la justice et de la liberté d’expression. « (…) Mais il y a des injustices, des inégalités que nous dénonçons dans nos chansons et personne ne peut me reprocher cela. Que ce soit sous Gbagbo, sous Guéï, sous Alassane Ouattara, j’ai toujours pris mon micro pour dénoncer les injustices mais je pense qu’Alassane Ouattara a beaucoup fait pour la Côte d’Ivoire sur le plan développement et que Laurent Gbagbo a beaucoup fait sur le plan de la liberté de penser et d’expression », a-t-il fustigé.

 

Sur le cas Guillaume Soro

Se définissant comme un combattant de la justice, Tiken Jah dit ne pas admettre que Guillaume Soro soit en exil. Mieux, pense-t-il que l’ex-PAN devrait pouvoir rentrer en Côte d’Ivoire. « J’aimerais que Guillaume Soro rentre », a-t-il fait savoir. Toutefois, l’auteur de la chanson ‘’Mangécratie’’ croit savoir que cette situation que vit Guillaume Soro est la conséquence de ce qu’il avait posé comme action alors qu’il était Premier ministre de la Côte d’Ivoire. « Guillaume Soro est victime d’un système qu’il a contribué lui-même à mettre en place. Quand il était Premier ministre, il y a des gens qui étaient en exil parce qu’il était Premier ministre », a-t-il déploré.

 

Sur l’affaire du ‘’3ème mandat’’

Même s’il admet ne pas cautionner de « 3ème mandat », Tiken Jah estime que le cas de la Côte d’Ivoire est un cas dû au manque de politique. Pour lui, chaque camp ou parti politique en fonction de ses intérêts veut coûte que coûte que ce soient ses hommes qui dirigent le pays de sorte à faire passer leurs intérêts devant ceux de la nation. « De toute façon, il n’y a pas de politique en Côte d’Ivoire. En Côte d’Ivoire, c’est ôte-toi que je m’y mette, je veux que l’autre devienne président même s’il ne fout rien…, il faut que ce soit mon frère du même village, le gars de mon ethnie… », a-t-il déploré non sans indiquer que chaque camp lutte pour le pouvoir. « Si le président Gbagbo s’était retrouvé dans la même situation que le président Ouattara, les gens du FPI allaient lui dire de continuer. Si c’était le président Bédié, le PDCI allait demander de faire un 3ème mandat. En Côte d’Ivoire, il n’y a pas de politique, c’est juste une lutte pour le pouvoir », a-t-il relevé.

C’est pour quoi dit-il être contre les coups d’Etat. « Les coups d’Etat ne sont jamais de bonnes solutions mais évidemment quand vous avez des gens au pouvoir qui ne veulent rien entendre, qui pensent que le pays leur appartient, qui ne veulent pas écouter, il n’y a pas d’autres manières de leur montrer que le pouvoir n’est pas leur propriété et que le pouvoir est au peuple », a-t-il défendu. Pour lui, la solution pour éviter de telles situations est que le peuple exige des programmes aux politiciens. « Les politiciens doivent venir avec des programmes et c’est ce que les ivoiriens doivent exiger », a-t-il fait savoir.

Enfin, selon le chanteur, c’est pour toujours garder sa neutralité d’artiste engagé qu’il a toujours refusé de chanter à des meetings politiques. « Quel que soit le cachet qu’on m’a proposé, vous ne verrez aucune image de Tiken Jah Facoly en train de chanter à un meeting politique pourtant c’est beaucoup d’argent », a-t-il confié.

Tags: , , ,

Related Article

0 Comments

Leave a Comment