jeudi, 18 avril, 2024
MASA, FEMUA, SILA, restitution de biens culturels, Miss Monde…: Ces grands rendez-vous culturels qui attendent la Côte d’Ivoire après la CAN

Finie la 34ème édition de la CAN en terre ivoirienne et dont la parfaite organisation a été saluée et reconnue par tout le monde entier et même jusqu’à la Fédération internationale de football association (FIFA), la Côte d’Ivoire s’apprête à abriter et à prendre part à de grands rendez-vous culturels de dimension internationale. MASA, FEMUA, SILA, restitution de biens culturels, Miss Monde…. Zoom sur ces grands rendez-vous culturels que le pays du président Alassane Ouattara attend.

 

Abidjan, plaque tournante du showbiz continental se prépare de nouveau à abriter de grands rendez-vous culturels internationaux après le challenge réussi de l’organisation de la 34ème édition de la CAN. Une ville qui a accueilli l’ouverture et la clôture de ce grand rendez-vous du football continental sans compter ces grands matchs qui s’y sont déroulés. Avec pour ambition de faire du pays, le hub des Industries culturelles et créatives et aussi d’asseoir sa réputation de hub de la littérature francophone, la Côte d’Ivoire va abriter à compter du 13 avril 2024 et ce jusqu’en fin d’année 2024 d’importants événements culturels internationaux. A côté de ces événements qui se dérouleront sur son sol, la Côte d’Ivoire participera à d’autres grands rendez-vous culturels internationaux.

 

Le MASA, pour rassembler en terre ivoirienne tous les professionnels de l’industrie des arts et de la culture

L’édition 13 du Marché des arts et du spectacle d’Abidjan (MASA) s’annonce à grands pas. Terre d’accueil et d’hospitalité, la Côte d’Ivoire recevra à Abidjan du 13 au 20 avril 2024 l’un des plus grands festivals d’Afrique incluant un gros marché pour les professionnels des arts et de la culture africaine. L’événement qui rassemble pendant une semaine à Abidjan les professionnels et le public de tous les continents se tient tous les deux ans pour une meilleure organisation. Il se positionne ainsi comme l’un des plus gros challenges de la Côte d’Ivoire après la CAN de l’hospitalité dont les éloges continuent de rejaillir positivement sur le pays d’Alassane Ouattara.

Manifestation culturelle majeure qui se déploiera pour offrir une semaine riche en créativité, en performances et en échanges artistiques à l’Afrique et au monde entier à Abidjan, les organisateurs avec à sa tête le DG de l’institution, Abdramane Kamaté, se disent prêts à tenir le pari de l’organisation. Aussi, ambitionnent-ils de faire d’Abidjan, lors de cette 13ème édition, un véritable carrefour de la culture. Côté organisation pratique, les différents artistes ou groupes artistiques participants ont été dévoilés. Ce sont donc sur les 632 dossiers provenant de 32 pays, qui ont été enregistrés sur la plateforme de candidature, 11 groupes artistiques en musique dont 2 Programmes diptyques, 3 en théâtre, 7 en danse dont 2 en danse patrimoniale et 5 en danse contemporaine, 3 en slam, 4 en humour, 5 en arts du cirque et de la marionnette  et 2 en conte qui ont été retenus par le Comité artistique international (CAI). Au total, ce sont 35 artistes et groupes artistiques originaires de 13 pays qui ont été retenus dans la sélection officielle de cette 13ème édition et qui seront à Abidjan.

 

Créé officiellement lors de la 2ème conférence des ministres de la Culture et de la Francophonie à Liège en 1990 pour renforcer les capacités des professionnels africains des arts vivants et de la scène afin de permettre aux productions africaines et des artistes africains au marché international, le MASA est devenu le 05 mars 1998 un programme international de développement des arts vivants. En janvier 1999, après la signature d’un accord entre le MASA et le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, son siège a été fixé à Abidjan. Ses objectifs sont à titre principal : le soutien à la création et à la production de spectacles de qualité, la facilitation de la circulation des créateurs et leur production en Afrique et dans le monde, la formation des artistes et des opérateurs de la chaine de production des spectacles et le développement du secteur des arts de la scène (Musique, Théâtre, Danse) relevant du continent africain.

 

Les couleurs du FEMUA 16 déjà annoncées

A peine la CAN terminée que le Commissaire général du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA), A’Salfo a annoncé les couleurs de l’édition 16. « Finie la CAN et toutes ces inoubliables émotions. Pas de temps à perdre, le FEMUA 16 c’est maintenant!!! », a annoncé le lead vocal du groupe Magic System au sortir d’une réunion d’organisation avec ses équipes. Conscient de l’enjeu de cette autre édition après la réussite de la CAN organisée par son pays, A’Salfo, a selon des indiscrétions, décidé de mettre le festival à un autre niveau. Le festival qui réunit à Abidjan et une ville hôte du pays va pour cette édition inviter les plus grands artistes du continent. Le FEMUA qui se tient d’ordinaire dans la dernière semaine du mois d’avril connaitra dans les prochains son lancement. Il prendra le relais du MASA, positionnant du coup la Côte d’Ivoire comme une terre de grands festivals.

 

La Côte d’Ivoire, hub de la littérature francophone avec le SILA 14

Pour son édition 14, le Salon international du livre d’Abidjan (SILA) a déployé de plus grandes ambitions. Le salon qui d’ordinaire se tient au Palais de la Culture Bernard B. Dadié de Treichville se délocalisera au Parc des Expositions d’Abidjan. Pour rentrer dans une autre dimension. Avec pour thème, ‘’Le livre qui soigne-Le livre catharsis’’, cette 14ème édition qui annonce de grandes innovations verra à Abidjan d’éminentes personnalités des lettres, de la littérature, des arts et de la culture. Le journaliste-écrivain Serge Bilé sera à l’honneur quant d’autres personnalités à l’instar du Guadeloupéen Lilian Thuram, fondateur de la Fondation Éducation contre le racisme, pour l’égalité, Danièle Béchir Ben Yamed, veuve de Béchir Ben Yamed, de Jeune Afrique Média Group et Lawrence NJaci, présidente de l’APNET seront des invités spéciaux du commissariat général. Tout ceci, à en croire Anges Félix N’Dakpri, commissaire général du salon, pour faire « la démonstration du dynamisme de la Côte d’Ivoire sur le marché africain et francophone du livre ».

Les 14, 15, 16, 17 et 18 mai 2024 où se tiendra le salon, les amoureux du livre découvriront le SILA Business qui est un espace B2B réservé aux professionnels et acteurs de l’industrie du Livre, le SILA Legend qui est une cérémonie de distinction et d’hommage aux meilleurs acteurs du secteur, le SILA Scrabble, qui, avec le concours de l’Association ivoirienne de scrabble, fera l’objet d’une compétition au cours de cette édition. Enfin, la diffusion de Fonds littéraires en anglais, espagnol et en allemand. Le salon qui s’ouvre sur le monde anglophone aura pour pays invité d’honneur le Kenya. Revendiquant pour sa dernière édition, 250 auteurs et 60 exposants, 115 000 visiteurs et participants, 100 millions de F Cfa de vente de livres et proclamé sept grands Prix littéraires nationaux et internationaux, cette édition veut battre de nouveaux records.

 

Battre le record de Miss Olivia Yacé à Miss Monde

Le challenge est grand, les ambitions également. Après un beau classement à l’édition dernière du concours Miss Monde avec l’élection de Miss Olivia Yacé comme Miss Monde Afrique, la représentante ivoirienne, Mylène Djihony, doit se faire un rang très honorable à cette 71ème édition du prestigieux concours de beauté dont la grande finale se tiendra le 09 mars 2024 à Mumbai en Inde. De nobles ambitions que la Miss Côte d’Ivoire 2023 a déjà dévoilées lors de la cérémonie d’ouverture du concours. Sur la centaine de Miss participant à ce concours, c’est déjà une belle lucarne pour la Côte d’Ivoire de voir de nouveau son drapeau briller à l’international. Toutefois, la Miss de la région N’Zi élue à Dimbokro compte porter très loin la culture ivoirienne dont elle arbore fièrement les tenues. Comme les Eléphants de Côte d’Ivoire qui ont remporté la CAN, Miss Mylène Djihony compte également ramener au pays l’écharpe de Miss Monde 2023 en succédant à Karolina Bielawska, Miss Monde 2021 élue à la 70ème édition du concours qui s’est déroulée au Coliseo José Miguel Agrelot, à San Juan, à Porto Rico, le 16 mars 2022.

Le retour des biens culturels très attendu des ivoiriens

Une grande étape de franchie dans la restitution des biens culturels à la Côte d’Ivoire. Jean-Marie Bockel, était récemment en Côte d’Ivoire où il a visité le Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire aux côtés de la ministre de la Culture et de la Francophonie, Françoise Remarck. L’envoyé personnel du président français Emmanuel Macron a assuré de l’engagement de son pays à aller au terme du processus de restitution de biens culturels appartenant à la Côte d’Ivoire. Un processus qui démarre avec la restitution du  »Djidji Ayokwê », le tambour parleur sacré du peuple Atchan.

 

 

« C’est ce tambour qui sera restitué premièrement. Le président de la République, Alassane Ouattara, et son homologue de la France suivent ce dossier avec beaucoup d’intérêt. Le dossier passera bientôt en Conseil des ministres en France, ensuite suivra le débat parlementaire. Ce débat qui est déjà bien avancé, puisque les experts français et ivoiriens ont déjà discuté sur tous les aspects de la loi-cadre. Une fois cette loi votée, notre tambour rejoindra sa terre. Nos communautés l’attendent avec beaucoup d’impatience », avait rassuré la ministre ivoirienne de la Culture et de la Francophonie en présence du Conseiller du président Emmanuel Macron. Même si à cette grande rencontre, aucune information sur la date du retour du tambour parleur Atchan n’a été dévoilée, cela pourrait tenir d’ici à la fin de l’année 2024.

 

Plasticiens, artistes chanteurs…présents à d’autres grands rendez-vous culturels

A l’instar de la musique ivoirienne dont le dynamisme est palpable, les plasticiens ivoiriens sont également présents à tous les grands rendez-vous internationaux. Plusieurs grands noms de nos plasticiens sont aujourd’hui mondialement connus à l’instar d’Aboudia qui s’est classé récemment comme l’artiste le plus vendu dans le monde. Toutes les grandes biennales dans le monde portent au moins la signature d’un peintre ivoirien. Et tout l’honneur revient à la Côte d’Ivoire dont le drapeau flotte dans tous les quatre coins du monde. Les grandes salles européennes notamment celles de la France voient depuis une décennie jouer des artistes ivoiriens. Josey, Roseline Layo, Apoutchou National et bien d’autres ont déjà annoncé les couleurs de leurs prochains spectacles au Casino de Paris. Comme quoi, finie la CAN, la Côte d’Ivoire fera encore voir le dynamisme de sa culture dans le monde.

Aïcha Touré

Tags: , , , ,

Related Article

0 Comments

Leave a Comment