vendredi, 19 juillet, 2024
La poète ivoirienne Tanella Boni remporte le grand prix du Festival de la poésie de Montréal

Ecrivaine à l’honneur à l’édition 13 du Salon international du livre d’Abidjan (SILA) qui s’est tenue du mardi 09 au samedi 13 mai 2023 au Palais de la Culture Bernard B. Dadié de Treichville, la poète ivoirienne Tanella Boni a remporté le Prix francophone international 2023 lors de la soirée ‘’Briller vrai’’ du 31 mai 2023.

 

Poète, philosophe, romancière, nouvelliste, critique littéraire et critique d’art, l’ivoirienne Suzanne Tanella Boni a remporté le Prix francophone international 2023 à l’occasion du Festival de la poésie de Montréal. Elle a été saluée pour son recueil ‘’Insoutenable frontière’’, publié aux Éditions Bruno Doucey. Une performance qui permet à la lauréate du prix de bénéficier d’une bourse du festival de 5 000 $ soit 2 287 953 F Cfa. La ministre ivoirienne de la Culture et de la Francophonie, Françoise Remarck, a aussitôt adressé ses félicitations à la lauréate non sans lui traduire sa fierté. « Félicitations chère Tanella Boni! Hier soir à Montréal lors de la soirée « Briller vrai », notre compatriote Tanella Boni a remporté le Prix francophone international du Festival de la poésie de Montréal 2023 pour son recueil « Insoutenable frontière’’, publié aux Editions Bruno Doucey. Notre fierté est renforcée car pour la troisième année consécutive le Festival de la poésie de Montréal a dit être « fier de remettre ce prix à une œuvre poétique Francophone exceptionnelle pour sa qualité formelle et thématique ». Tanella Boni qui a remporté de nombreux prix à travers le monde était également Ecrivaine à l’honneur lors du dernier Salon international du livre d’Abidjan (SILA) », a-t-elle témoigné.

Les deux autres finalistes de l’édition 2023 étaient Paul Bélanger pour ‘’Traverses’’, publié aux Éditions du Noroît (Canada, Québec) et Carole David avec ‘’Le programme double de la femme tuée’’ aux Éditions Les Herbes rouges (Canada, Québec). Pour une troisième année consécutive, le Festival de la poésie de Montréal remet ce prix à une œuvre poétique francophone exceptionnelle pour sa qualité formelle et thématique. En 2021, la lauréate était Linda Maria Baros, pour son recueil ‘’La nageuse désossée, Légendes métropolitaines’’, publié par les éditions Le Castor Astral en 2020.  En 2022, il récompensa Jean Portante, poète et traducteur luxembourgeois, pour son ouvrage ‘’Jadis je disait’’, publié par les éditions Phi.

 

20 recueils sélectionnés

Créé en 2020, le prix francophone international du Festival de la poésie de Montréal récompense une œuvre poétique qui, par la qualité de ses recherches formelles et thématiques, sensibilise le grand public à la poésie actuelle francophone. Il est rendu possible grâce à l’implication de plusieurs partenaires issus de la francophonie qui permettent ainsi de promouvoir les poètes francophones, en particulier ceux hors France et hors Québec, que l’on doit encore reconnaître davantage. Il répond aussi au besoin d’un prix en poésie qui soit basé sur une collaboration professionnelle internationale. Pour l’édition 2023 du prix, ce sont 20 ouvrages qui ont été sélectionnés. On retrouve dans cette sélection, une douzaine d’auteurs canadiens, six auteurs français, un congolais (‘’Cette patrie de blessures et de rêve’’, d’Huppert Malanda, Atelier Senghor) et la seule ivoirienne, Tanella Boni pour son ouvrage ‘’Insoutenable frontière’’, paru aux Éditions Bruno Doucey.

 

Qui est Suzanne Tanella Boni ?

Née à Abidjan le 1er janvier 1954, Suzanne Tanella Boni a fait ses études primaires et secondaires en Côte d’Ivoire avant de poursuivre ses études supérieures à Toulouse puis à Paris IV Sorbonne d`où elle est sortie docteur d’Etat ès Lettres. Professeur de philosophie à l`Université d`Abidjan, elle a été présidente de l`Association des écrivains de Côte d`Ivoire de 1991 à 1997. Ambassadeur de la littérature africaine, des Arts et d’un renouveau africain basé sur le dialogue et la tolérance, elle est invitée à de très nombreux congrès dans le monde entier. Tanella Boni est membre de l`Académie mondiale de la Poésie. Prix Ahmadou Kourouma pour son roman « Matins de couvre-feu » (2005), elle a écrit plusieurs ouvrages dont des poèmes, romans, essais, nouvelles….  Elle consacre maintenant le plus clair de son temps à l’écriture.

Son dernier roman, ‘’Sans parole ni poignée de main’’, a été publié en 2022 chez Nimba Éditions et aborde de front les conséquences des déchets toxiques européens à Abidjan. Un recueil en sept mouvements dans lequel Tanella Boni exprime de différentes manières les problématiques de la couleur de la peau, de la répartition inégale des terres, des frontières infranchissables, de la géographie de l’exil et des individus à la recherche d’un refuge, confrontés brusquement aux aléas du destin. Elle aborde les inégalités, les injustices, les conflits et les catastrophes climatiques, telles que les tornades, qui dévastent certains tandis que d’autres souffrent du manque d’eau.

Tags: , , , , ,

Related Article

0 Comments

Leave a Comment